Un prisonnier modèle, Paul CLEAVE

9782253086499-001-TSynopsis :

Tueur en série légendaire, Joe Middleton, surnommé le Boucher de Christchurch, s’est tiré une balle dans la tête. Par malheur, il s’est raté et a atterri à l’hôpital, escorté par une horde de policiers qui se demandent déjà s’ils n’auraient pas mieux fait de l’achever discrètement.
Un an plus tard, Joe est toujours derrière les barreaux d’un quartier de très haute sécurité. Son procès est imminent. Mais pour ceux qui ont eu affaire à lui, seule sa mort rapide est souhaitable.
On retrouve dans Un prisonnier modèle tout ce qui a fait la réussite d’Un employé modèle : des scènes violentes qui secouent, un humour férocement noir, une intrigue aux multiples rebondissements. Que les âmes sensibles s’abstiennent… et que les autres plongent avec délices dans ce thriller jubilatoire où notre serial killer préféré devient une cible à son tour . Du Cleave… pur sang !


J’avais découvert Paul Cleave à travers le 1er volet de l’histoire de Joe Middleton avec « Un employé modèle » et j’avais été particulièrement emballée par ce thriller. Sauf qu’il mourrait à la fin ! Ou tout du moins ce que tout lecteur pensait ! Mais les mauvaises graines sont aussi les plus résistantes ! Nous revoilà donc reparti avec le retour de Joe, parfois surnommé « Joe le Lent », ou encore, ‘Joe le simplet », « Joe l’optimiste », etc. Mais pour tout le monde c’est avant tout « Joe le tordu psychopathe ».

Donc comme tout héros, il a survécu, et le voilà en prison haute sécurité entouré d’une armada d’autres spécimens bien gratinés dans leur genre et de psychologues qui tentent de comprendre son personnage et de savoir, ce qui, dans son enfant, à pu être l’élément déclencheur d’une si grande inhumanité.

Le but de Joe, se faire passer pour fou, mais personne n’est dupe. Toutefois le bougre réussirait presque à nous convaincre de son innocence, d’autant qu’il n’est pas seul à oeuvrer dans l’ombre, sa grande copine Melissa aussi atteinte que lui psychologiquement est en liberté.

Encore une fois j’ai plutôt bien apprécié cette lecture, même si le langage était parfois un peu « brut de décoffrage » à mon goût. Je regrette finalement juste de ne pas avoir relu le 1er volet puisque je ne me rappelais plus de certains personnages clés grandes lignes de l’histoire qui ont leur importance dans le second tome. Donc, conseil lecteur : si vous avez lu le 1er tome il y a longtemps, relisez-le avant d’entamer celui-ci !

Je ne peux m’empêcher de terminer sur quelques extraits qui reflètent totalement le personnage de Joe :

«  »Je ne vais pas la tuer », dis-je à Melissa. La Sally semble heureuse. Melissa a l’air triste. « C’est toi qui va le faire », ajouté-je. « Mais fais-le vite ». Je ne veux pas que la Sally souffre. La voilà mon humanité. »

« Je ne suis pas fan des églises. Elles ont leur utilité, je suppose, mais on pourrait tout aussi bien les incendier pour tenir au chaud les sans abri, et elles me paraîtraient tout aussi utiles. »

« (…) j’ai le sentiment que Melissa est sur la même longueur d’onde que moi quand il s’agit de buter des prêtres – c’est le genre de truc qui peut porter la poisse. Même s’il y a un an, le prêtre qui officiait dans cette église s’est fait défoncer le crâne  coups de maarteau ». C’est le genre de truc qui porte la poisse – surtout pour lui. »

Voilà donc typiquement le genre de répliques qui foisonnent dans le roman, particulièrement représentatives de la psychologie du personnage, amoral, indécent et décalé !

Et je ne vous parlerai pas de la fin…

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s