Jane Eyre, Charlotte BRONTË

Jane Eyre

Synopsis

Entrée comme gouvernante au manoir de Thornfield, Jane Eyre, orpheline sans beauté ni fortune, est irrésistiblement attirée par le maître des lieux, Edward Rochester. Ce ténébreux seigneur s’éprend à son tour de la jeune-fille, dont la force de caractère le subjugue. Mais, lorsque les deux amants envisagent de se marier, Jane découvre le terrible secret de Rochester : leur union se voit compromise…


Il est de ces livres qu’on lit en espérant qu’il ne se termine jamais et que l’on referme  en se demandant quelle lecture on va bien pouvoir entamer à la suite sans trouver fade cette nouvelle lecture. Jane Eyre en fait partie ! Quel bijou que ce roman de l’Angleterre victorienne. Je connaissais « Les hauts de Hurlevent » écrit par sa soeur pour le chérir et l’avoir lu plusieurs fois mais n’avais jamais franchi le pas avec Jane Eyre. Mais pourquoi diable ais-je attendu si longtemps !!

Nul doute que les auteurs classiques anglais surpassent chez moi les auteurs classiques français. De Jane Austen à Thomas HARDY en passant par les soeurs BRONTË et Charles DICKENS je reste une inconditionnelle de la littérature classique d’outre-Manche. Toute la finesse des personnages, leur psychologie, de la description de leur environnement, l’ambiance créée, cette impression d’y être, l’empathie que l’on développe envers tous les personnages, un joli combiné.

Jane Eyre est un esprit libre, « droite dans ses bottes », humble, magnanime, terriblement indépendante et dotée d’une force de caractère impressionnante pour son jeune âge. En replaçant le roman dans son contexte historique on ne peut que saluer l’indépendance du personnage de Jane Eyre.

Orpheline recueillie par sa tante dont le défunt mari a imposé la présence, méprisée par ses cousins, Jane Eyre a très vite développé un esprit rebelle qui dérange. Elle est envoyée à 10 ans, à sa demande, dans un austère pensionnat. Elle y restera 8 ans. Cette éducation stricte façonnera encore davantage son caractère. Devenue institutrice au sein de cet établissement, elle finit par en partir après avoir trouvé une place en qualité de gouvernante d’une enfant, Adèle Varens. Elle ne tarde pas à tomber sous le charme du charismatique et très énigmatique maître des lieux, Edward Rochester. S’ensuit une passion entre Jane Eyre et Edward Rochester qui se soldera par une union qui n’aura jamais lieu, en grande partie en raison du caractère digne et affirmé de la jeune-femme quand elle apprendra le terrible secret de son futur époux. Je ne spoïlerai pas le reste du roman, d’autant plus qu’il est extrêmement difficile de donner un avis sur ce livre qui puisse être à la hauteur de cette lecture.

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Jane Eyre, Charlotte BRONTË »

  1. Jane Eyre fait partie de mes livres préférés, je crois que tu comprends pourquoi maintenant ! 😉

    J’aimerais beaucoup le relire un jour…

  2. Je pense que je le relirai un jour, dans quelques années, comme je l’avais fait pour les Hauts de Hurlevent. En anglais d’ailleurs probablement !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s