Balzac et la petite tailleuse chinoise, Dai SIJIE

téléchargement (1)

Synopsis :

En 1971, comme des millions d’autres jeunes citadins chinois, le narrateur et son ami Luo sont envoyés sur une haute montagne isolée voisine du Tibet, où ils seront « éduqués » par les paysans , c’est-à-dire rendus « bête ». Les adolescents ont trois chances sur mille de revenir un jour dans leur ville natale. Dans le village voisin,un ami des deux personnages, le « binoclard » cache scrupuleusement une valise remplie de livres interdits comme Balzac, Flaubert, Emily Brontë… Grâce à ces livres, la ravissante petite tailleuse, jeune fille convoitée par tous, ne sera plus jamais la même, elle sera instruite. Le livre nous plonge donc dans la Chine communiste, raconte une belle histoire d’amitié et d’amour.


Ce livre traînait dans ma bibliothèque depuis une bonne quinzaine d’années, je crois bien que je ne suis même pas celle qui l’a acheté.

Dans la Chine maoïste savoir lire était réservé aux intellectuels. La possession de certains livres était prohibée. Le narrateur et son ami Luo sont issus de ces milieux intellectuels. On les envoie (dé/re)faire leur éducation au fin fond de la campagne chinoise. Ils y croisent une petite tailleuse chinoise, paysanne dont Luo va s’éprendre. Au cours d’une de leur pérégrination ils rencontrent un homme qu’ils surnomment le binoclard et qui cache une valise remplie de livres prohibés. Ils partiront alors à la découverte des grands auteurs classiques à travers leur lecture et se donneront pour mission d’éduquer leur petite tailleuse chinoise en lui contant ces livres lus en cachette.

Je reste assez partagée sur cette lecture avec cette impression d’être passée à côté de ma lecture. Si j’ai bien saisi la remise dans le contexte de la Chine de Mao et ressenti cette atmosphère propre aux romans chinois, l’histoire en elle-même m’a en revanche laissée totalement indifférente. Je passe le passage un peu écoeurant lorsque le binoclard boit le sang du buffle et les suites gastriques qui en découlent et déplore cette fin que je trouve finalement un peu bâclée.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Balzac et la petite tailleuse chinoise, Dai SIJIE »

  1. J’ai lu ce livre à une toute autre époque que toi, c’était ma prof de français en 3ème qui nous l’avait donné à lire, alors forcément, à 14 ans, on n’a pas le même avis qu’à 26 ans… Et je l’avais beaucoup aimé à cette époque ! Je ne saurais dire si ce serait la même chose aujourd’hui…

  2. J’avais lu ce livre au lycée, ça date mais l »histoire m’avait frappé à l’époque peut-être à cause de l’atmosphère du livre mais j’aavais vraiment aimé. Je ne sais pas si ça serait toujours le cas aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s