A l’abri de rien, Olivier ADAM

imagesSynopsis :

« Plus rien n’arrête le regard de Marie, ou presque. Ce jour-là, des hommes en haillons sont postés près du Monoprix ; sans savoir pourquoi, elle pénètre dans la tente, se joint aux bénévoles pour servir des repas à ceux qu’on appelle les « Kosovars ». Négligeant sa famille, indifférente aux attentions de son mari, à la tendresse de ses enfants, Marie se consacre à la survie de ces hommes en perdition. »


Comme avec chaque roman d’Olivier Adam, j’ai refermé ce livre en laissant échapper un long soupir.
On retrouve dans ce livre toute la finesse de l’écriture de l’auteur, avec son style propre, assez poétique, très laconique qui confère toute son épaisseur à l’histoire.
Il est toujours important de se sentir bien dans sa vie quand on aborde un de ses livres et celui-ci ne fait pas exception.

On retrouve un personnage, Marie, totalement borderline, en proie a ses démons. Entourée d’un mari et de deux enfants aimants, propriétaire d’un joli pavillon, elle a pourtant tout pour être heureuse mais semble ressentir un grand vide au fond d’elle-même. Au détour d’une rencontre fortuite avec un Kosovar qui lui vient en aide elle se joint aux bénévoles pour aider les personnes du camp où il vit. Difficile de savoir, dans la tête de Marie, si c’est son côté dépressif qui l’a poussée à aider les démunis ou si c’est leur situation qui l’a fait sombrer. Certainement un peu des deux.
Par contre j’ai ressenti aussi beaucoup de peine pour ses 2 enfants. L’auteur a bien réussi à faire passer l’attachement qu’ils avaient pour leur mère et leurs sentiments face à son désarroi. Il  nous a cependant beaucoup rassuré tout au long du livre, l’amour qu’elle leur porte revenant comme un leitmotiv au fil du roman.
Je me suis longuement posée la question de savoir comment ça finirait et quand on a vu poindre une amélioration c’était pour sombrer plus bas encore par la suite.

Un très joli roman qui se lit rapidement puisqu’on se laisse vite happer par l’histoire.
En revanche je laisserai passer un petit peu de temps avant de lire un autre de ses livres, le temps de « digérer » l’histoire.

Publicités

3 réflexions au sujet de « A l’abri de rien, Olivier ADAM »

  1. Aha, là aussi, je n’ai lu qu’un livre de cet auteur que j’avais beaucoup aimé, une nouvelle piste pour en découvrir un peu plus 😉

    Et je suis tout à fait d’accord, j’ai lu Je vais bien, ne t’en fais pas et il ne faut pas être dans son pire jour pour le lire non plus, c’est assez prenant émotionnellement mais pas pour remonter le moral.

    1. Je n’ai jamais lu « Je vais bien ne t’en fais pas », en revanche j’ai vu le film qui est très dur mais très beau. Je ne sais pas trop s’il est bien fidèle à l’histoire, faudrait que je lise le livre pour ça !
      Sinon j’avais beaucoup aimé son livre « Le coeur régulier ». Puis j’avais entamé « Falaises » et je n’ai jamais pu le terminer, trop trop dur à lire ! Ce n’est jamais gai avec Olivier ADAM !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s